BAYER et le « cancer » du Glyphosate

Bayer AG vient de perdre ce mercredi 27 mars 2019 son second procès aux États-Unis contre Monsieur Edwin Hardeman, un homme de 70 ans, qui souffre d’un cancer après avoir pulvérisé régulièrement sur sa propriété et ceci pendant 26 années les produits Roundup et Ranger Pro de l’entreprise Monsanto. Ces produits contiennent en grande quantité le maintenant célèbre herbicide Glyphosate.

Un jury de San Francisco a reconnu que le Glyphosate est à l’origine de ce cancer et a condamné Bayer AG à payer une somme de 80,3 millions de dollars en réparation des dommages subis par Monsieur Hardeman.

Le Pôle Européen de Lyon rappelle que la société allemande Bayer AG a racheté la société américaine Monsanto en juin 2018 pour une somme de 63 milliards de dollars et assume dorénavant toutes les conséquences juridiques concernant les produits de Monsanto. Ainsi Bayer doit faire face à plus de 11 000 plaintes similaires rien qu’aux US.

A la suite du jugement, Bayer a émis le communiqué ci-dessous, annonçant leur appel du jugement et leur conviction que leurs herbicides à base de glyphosate ne sont pas cancérigènes.

Le Pôle Européen de Lyon rappelle également qu’en août 2018 Monsanto a déjà été condamné en première instance à payer 289 millions de dollars de dommages à  Monsieur Dewayne Johnson, père de famille californien, âgé de 42 ans lorsqu’un cancer s’est déclaré suite à l’utilisation professionnelle continue de Roundup pour l’entretien des espaces verts d’une école. Ces dommages ont été réduits à 78,5 millions de dollars en octobre 2018.

Au fil des procès en cours, le glyphosate risque de devenir le « cancer» de Bayer SA. D’ailleurs, l’action de Bayer a perdu plus de 1/3 de sa valeur depuis le procès de Johnson. Néanmoins pour Monsieur Werner Baumann, patron de Bayer, le rachat de Monsanto était et reste « une bonne idée » !

Jeudi 11 avril 2019, l’agriculteur français Paul François a remporté une troisième victoire judiciaire devant la Cour d’Appel de Lyon dans son long combat engagé en 2007 contre Monsanto. En 2004, Monsieur François avait respiré les vapeurs toxiques du produit Lasso, fabriqué par Monsanto en nettoyant une cuve. Monsieur François, hospitalisé d’urgence avait subi de graves troubles neurologiques, passant très près de la mort. Depuis sa sortie de l’hôpital, il souffre de violents maux de têtes récurrents et de pertes de mémoire. Les potentiels dommages et intérêts feront l’objet d’une procédure distincte devant le TGI de Lyon. Monsanto est d’ores et déjà condamné à verser 50 000 euros de frais d’avocat à Monsieur François.

Le 26 avril 2019 lors de la première AGO de BAYER SA depuis le rachat de Monsanto, les actionnaires ont infligé au groupe un désaveu cinglant en votant contre sa direction. Les 2 premiers procès perdus aux USA et tous les procès en instance font craindre le pire pour la survie même du Groupe, qui n’arrête pas de dégringoler en Bourse.

Et effectivement, lundi 13 mai 2019, un jury californien d’Oakland en Californie a condamné Bayer, à verser plus de 2 milliards de dollars de dommages à un couple de septuagénaires Pilliod, tous deux atteints d’un cancer, Le couple a plaidé que l’herbicide de Monsanto a causé leur cancer. Bayer a annoncé qu’ils allaient faire appel du jugement.

On a appris également que Monsanto avait engagé une agence de communication en France, afin de ficher des centaines de personnalités par rapport à leur opinion sur les OGM ou le glyphosate. Ces révélations ont conduit à l’ouverture d’une enquête en France. Bayer, dans son malheur, a présenté des excuses. Mais il semblerait que ce fichier ne se limite pas à la France et que d’autres pays européens sont impactés.

A suivre …

Pour en connaître davantage sur l’utilisation du glyphosate dans les herbicides et sa corrélation avec différentes maladies, le Pôle Européen de Lyon recommande de s’informer sur les travaux du Dr. Stéphanie Seneff du célèbre Massachussetts Institute of Technology par le lien suivant : https://people.csail.mit.edu/seneff/